InterMvt2023Formation politique des animateur-trices en inter-mouvements 2023

Rassemblement des nouveaux animateurs/animatrices professionnel.les de toutes les organisations du MOC pour un programme de 6 journées.

Dates :

6 et 7 mars 2023

3 et 4 avril 2023

15 et 16 mai 2023

Au MOC de Namur, rue des Tanneries, 1 - Salle Tan à Namur

A la Mutualité Chrétienne, rue du Lombard, 28 à Namur (accessible à pied via le parking du MOC, bâtiment récent plaques grises - Salle du 1er étage)

Programme     -     Inscription

 

NumrisationLa pandémie de Covid-19 a fortement accéléré le processus de digitalisation de la société entrainant dans son sillage de nouvelles pratiques : télétravail, usage de visioconférences et webinaires dans le secteur de l’Éducation permanente, intrusion dans la vie privée, digitalisation des services publics et des services liés au chômage, aux soins de santé, aux CPAS, etc. Ces nouvelles pratiques ont un impact sur les citoyen·nes en général et plus particulièrement sur ceux et celles issu·es des milieux populaires (fracture numérique, usages spécifiques du numérique, création de nouvelles dépendances face à la digitalisation des services publics). Cette numérisation accrue pose également des questions démocratiques, notamment de l’influence des GAFAM sur nos sociétés démocratiques (problématique des algorithmes) et de la circulation des idées sur les nouveaux espaces publics en ligne (complotisme mais aussi leviers pour les luttes), sans oublier l’impact écologique de cette numérisation. Dans ce contexte qui appelle un travail d’Éducation permanente et un travail politique, cette formation vise à nous outiller pour répondre aux enjeux de la digitalisation de la société

Invitation / Programme   -   Inscription - Cliquez ici

Esper113Quand les archives rencontrent la démocratie...

2006 : la libéralisation des secteurs du gaz et de l’électricité approche. Selon l’UE, ce sera bon pour les prix, pour l’emploi, pour la transition.  Aux Équipes populaires, des militant·es racontent qu’on leur a proposé en rue un contrat de fourniture « sinon, vous serez bientôt coupé·es, cartout va changer ». Oui, tout va changer, et il est temps de l’appréhender ! Des organisations sociales diverses s’unissent alors pour fonder le Réseau wallon pour l’accès durable à l’énergie (RWADE) afin de co-construire une expertise, une parole politique et une représentation des consommateur·rices sur ces questions complexes.  

Avec la libéralisation, nous ne sommes plus usager·ères d’un réseau collectif, mais « client·es éligibles » sensé·es « s’activer » sur le marché, en s’escrimant à repérer, parmi des offres toujours plus complexes et opaques, le meilleur contrat de fourniture. La politique énergétique devient affaire de marchés et l’énergie, un bien de première nécessité, est traitée comme une marchandise.  Les prix, jusque-là lissés sur une année et objet d’une concertation paritaire, deviennent volatiles. Sous prétexte de lutter contre l’endettement des ménages, la Wallonie et la Flandre imposent le compteur à budget aux personnes en défaut de paiement, renvoyant la responsabilité de la coupure à la sphère privée : pas d’argent ? Pas de courant ! On ne saluera jamais assez le résultat des efforts de la Coordination Gaz-Électricité-Eau de Bruxelles (CGÉE) qui a largement contribué à faire adopter une bien meilleure protection pour la population bruxelloise.  Il apparait bientôt que la libéralisation est un échec pour les ménages. Mais qui pouvait sérieusement croire que confier l’énergie au marché allait résoudre les problèmes ?  

Esperluette 113 : Juillet/Août/Septembre 2022

Recherche

Intranet